Rires d’antan

 

 

Alors …vous avez été bien sages ?

Vous vous souvenez,

notre voyage à poursuivre au ” royaume de l’argentique” ?

 

Aujourd’hui, il va revêtir un reflet un peu particulier !

 

 

Chacun des portraits d’ancêtres qui vont suivre ont
été rencontrés dans ce pays des volcans aux rides à présent sculptées sur la toile de notre âme, notre port d’attache, notre “second nous” …

en Haute loire.

 

Autant de visages qui retissent les quelques fils décousus de notre mémoire, encore toute
imbibée de senteurs et des sons vifs, ponctuels et précis de tous ces gestes qu’on ne fait plus mais qui, inconsciemment, continuent à retentir en nous dans l’euphorie d’un chant de cloches, la
candeur d’un ruisseau, le battement sûr d’une horloge …

 

Qu’ils nous inspirent le respect, la paix profonde ou le silence ,

nous avons toujours senti, en plongeant notre coeur dans leurs veines, une

incroyable force !

 

 

Avec certains de ces visages, nous avons vécu un instant, un mot, un sourire, que je ne
manquerai pas de vous conter ici.

Et, avec d’autres, nous avons simplement cueilli …la magie d’un regard
!

Mais,

je me souviens de tout,

du moindre souffle et craquement de vie …

 

 

 

 

img336

“Pierrot” de la Grange Neuve, posant pour moi dans un champ d’où nous nous ferons vite sortir !

 

 

Nous roulions vers le col des limites, entre le célèbre col des Pradeaux à 1196 m d’altitude et le col de
la Croix de l’homme mort …des noms bien évocateurs !

Nous étions en plein mois de juillet,

mais je savais déjà qu’en effleurant de mes doigts la vitre de notre fourgonnette, la sensation laissée
en serait des plus glaciales !

Et nous croisâmes tout à coup cet homme, marchant avec des galoches sur le bas côté de la route, le
journal sous le bras, le litre de rouge bien calé dans l’une des deux poches de sa veste …

J’ignorais encore le contenu du vulgaire sac en  plastique qu’il tenait dans la main.

J’ordonnai aussitôt un arrêt brutal du véhicule …

Je voulais parler à cet homme !

Lorsque je suis descendue, prestement, il était juste à ma hauteur, et nous avons
spontanément engagé la conversation.

J’ai de suite vu qu’il transportait de beaux champignons dans son sac. Devant mon oeil
alléché, il m’en proposa aussitôt !

Notre fourgonnette contenait toujours à l’époque quelques bons kilos d’huîtres à faire
déguster à notre entourage, et l’échange fut donc bien vite fait !

Je le sentis délicieusement excité à cette idée, n’en ayant jamais goûté de toute sa simple
vie.

Après qu’il eût bien voulu poser pour la photo souvenir, quelque peu mouvementée, pour
avoir enjambé par mégarde un pré privé (!), nous lui proposâmes de le mener au plus près de chez lui, chose qu’il accepta.

Je reverrai toujours les regards horrifiés de mes filles, encore toute mioches, lorsqu’il
s’installa au milieu d’elles, l’haleine embaumant de bien curieux cépages …!

Aux multiples questions qu’il nous posait sur la façon dont il allait aborder ses huîtres,
nous avons presque regretté notre geste et franchement pris peur : il n’allait quand même pas les manger avec la coquille !!!

 

 

 

 

 

img343


Nous pressions le pas…

Il nous restait encore bien des kilomètres à faire, avant d’étendre nos corps fatigués sur
les matelas de notre tente et, dans ce pays, nous ne le savions que trop, certains soirs d’été sont d’une fraîcheur redoutable !

Qu’elle fut bonne la première source rencontrée, et combien prodigieux le soleil couchant,
au loin, en récompense …

Et toutes ces images insolites défilaient ensuite dans nos rêves, la nuit, sous les lueurs
de la lune, où l’espiéglerie du vent dans les branches, mêlée aux aboiements lugubres des chaumières avoisinantes,  donnait toujours à l’atmosphère un air d’épouvante !

 

 

 

 

 

img339

 

 

Une magnifique journée venait de se dérouler ….

En attendant l’ouverture du petit resto du coin, les filles jouaient dans l’eau du lavoir
avec quelques cailloux et bouts de brindilles, rêvant encore à leur ballade à dos d’âne….

Nous allions partir quand ce grand-père passa devant nous, une gamelle à la main,
accompagné de sa “grande famille à quatre pattes” ….

Vous ne rêvez pas, tous ces chiens sont bien à lui !

Je ne pouvais râter cette occasion, mais  il fallut une bonne dose de patience pour
faire figurer chaque chien sur la photo …

Encore merci à toi, adorable papi, le plus adorable que je connaisse !!!

 

 

 

 

 

img338.jpg

Pierre et Pierrette

 

 

Elle danse encore, 

avec l’agilité d’une chèvre sur les sentiers rebelles !

 

Il chante aussi,

comme si,

de son ventre,

on pouvait y puiser l’écho de la montagne !

 

 

 

 

 

img335

Quelque part…dans l’immensité du Mézenc.

 

 

Deux ancêtres entrain d’évoquer leur passé commun

L’un, moulin à eau de son état, et âgé de 500 ans

L’autre, grand-père nostalgique, qui y faisait moudre 55 tonnes par an de
grains pour les bêtes …

 

Qui, de l’un ou de l’autre, avait été le maître ? 

La réponse est, sans nul doute, sur la mine du vieillard !

 

 

 

 

 

img341.jpg

 

 

Nous lui avons simplement dit bonjour !

 

Il faisait très chaud, est-il besoin de préciser que nous marchions (!)

En lui disant bonjour, nous avons paré son coeur de beaux quartiers de
soleil….

A peine deux trois mots échangés, et elle nous faisait entrer dans son humble demeure,
sentant bon le vieux journal et le biscuit !

 

 

 

 

 

img346

 

 

Les chemins se souviennent …

Il leur suffit  de fermer les yeux pour entendre à nouveau ces pas
berceurs,

au timbre doucement rauque !

 

 

 

 

 

img345

 

 

l’écouter raconter la vie comme un sarment qui craque,

et fait jaillir le feu !

 

 

Je me souviens de vieilles portes craquelées,

d’une petite auberge, en contrebas, cachée sous un large escalier de pierre …Elle sentait
de bon matin le pain cuit au feu de bois !

Nous y dégusterons le soir une mémorable salade au chèvre chaud …

Et puis, ce peintre poète, isolé aux fins fonds de la montagne, comme je m’en souviens
aussi !

Il écrivait ses pleurs sur ses tableaux,

l’angoisse d’un monde nouveau, sans arbre, sans âme et sans terre…

J’ai pleuré sur sa majestueuse cigogne perdue dans un effroyable décor de grues mécaniques
….

 

 

 

 

juste…

 

img334

 

saisir au vol,

 

img344.jpg

 

y déposer une caresse,

 

img342.jpg

 

 

et laisser gambader dans un coin de nous …

 

img340.jpg

 

 

 

 

 

Ici,

que l’homme soit menuisier, grand cuisinier ou paysan,

l’hiver donne à ses habitants une âme d’artiste,

afin que leur coeur, toujours, puisse se réchauffer à l’âtre des jours,

éblouissant de son émoi chaque belle saison…

Ici, 

où rien ne se tait ni s’ensevelit,

tout prend valeur d’effort et de plaisir

dans la langueur du temps !


___________

 

 

Kewan se porte comme un charme, il mange bien, dort bien.

Demain, il devrait quitter les soins intensifs pour regagner sa chambre.

 


43 réponses à Rires d’antan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post-Scriptum

 

 

Drôle de poète photographe

sans bible ni bandoulière,

juste art-rimée au temps

par l'espiègle agrafe

de la magie de l'air ...

Cueilleuse de gouttes d'oh

hissée de bâts en haut,

je tisse images et mots sensibles

au doux lin de l'invisible ...

Coéquipière de l'instant,

je le pense, il me panse,

je le suis ...

Messagère du TANT

je suis !

 

 

 

papi sabine

Cil-anse ....il dort !

 

Emue par…

 

Le voyage...

celui qui démunit autant qu'il enrichit,

qui détourne la pluie en rires

et fait de notre coeur

le plus fervent des poètes

sans même composer de mots !

 

Sabine

ou SAB-Lyse.

 

A la mare-aile ….

 

Viens avec tes mots-fleurs

tes mots-coccinelles ...

 

Je t'invite

à la craie maille-air

de ma maison au TOI d'or

y vivre d'amour 

et d'OH  frais,

raison à l'envers

folie à l'endroit !

(Sabine)

Pour me suivre pas à pas

Ecoute

coeur Sabine

 

A-t-on appris un jour à voir resplendir nos silences,

à être les peintres romanesques de nos ciels gris

ou à faire jaillir des rivières enchantées entre les pierres de nos coeurs en ruines ?

Non, bien sûr que non !

Cet art est en nous ...  (Sabine)

 

Mille et une fontaines pour demain !

materiel medical

A propos de mes créations

 

Chaque photo, écrit et citation (sauf là où figurera le nom de l'auteur) de cet espace sont "la sève de mon inspiration" ! Aucune de mes créations (surtout valable pour mes photos) ne porte ma signature car j'aime vivre en confiance. Si tu souhaites en emprunter, pourquoi pas ? Toute émotion est semence insolite du monde ! Fais-le moi juste savoir et pense à relier les fleurs et fruits de ton enthousiasme à un lien vers mon blog qui pourra ainsi continuer à s'élever en  "arbre de vie"  !   MERCI  :      Sabine.

 

Mon premier livre

  

  P1060170 (Copier)

 

Le tourbillon de mes pensées venues se poser comme feuilles au vent, sur 160 pages illustrées de mes photos couleur.   

 

Partage

communaute les passeurs de mots

caresses musicales

Mes livres d’images

 

Je commente le plus souvent chaque photo de mes diaporamas, afin de faire réellement vivre le voyage dans sa chair et l'authenticité de son histoire ...BON VOYAGE !  

 

Compostelle

vignettegaleriesabine1

 

Compostelle

vignettegaleriesabine2

 

Vagabondage

vignettegaleriesabine31c

 

Notre voyage solidaire

vignettegaleriesabine5

 

Rencontre avec les Vautours

vignettegaleriesabine6B

 

Le chemin de Stevenson

vignettegaleriesabine7

 

Compostelle : de Cluny au Puy

vignettepicasasabine6

 

Autour de Crazannes

vignettepicasasabine4

 

Compostelle alsacien

vignettepicasasabine7

 

Camino del norte

vignettepicasasabine9

 

Protégeons-la !