Au seuil de ma demeure ..

 

Qui que tu sois, enfant du hasard ou passant inspiré, tu es le bienvenu sur ce blog. Le voyage, le "vrai" (tant de chemins me l'ont murmuré) se nourrit de l'amour et l'écoute que tu portes en toi ... Ils sont, de l'univers, le pain sacré !

 

Ecouter un oiseau

Sourire à un inconnu

C'est déjà partir

C'est forcément aimer ...

MERCI d'être venu jusqu'ici !

 

Sabine/SAB-Lyse

 

Quelque part un écho…

135- et beaucoup d'émoi!

La pensée vient en marchant (Nietzche)

 

Une des essences de cet espace …

 

La flamme du coeur scintille en chaque être

et dans chaque chose,

j'aime aller à sa rencontre

et en épandre la lumière ...

C'est à la lueur de cette sublime chandelle

qu'avancent main dans la main

mes pas mes images et mes mots !

 

Sabine/SAB-Lyse

 

Parution

 

Tu peux retrouver mon livre "Au fil du tant", chemins contés en mots et images :  ICI

 

 

Sourire de l’instant

 

Je ne puis toujours libérer mes pas comme je le souhaiterais vers ce chemin virtuel que j'affectionne tant !

Mais, chut, le temps ne me voit pas toujours et je parviens de temps à autre à venir, ici, lui dérober dans ses poches ma friandise préférée ........"le partage" !!!

 

Une pèlerine des sentiers du coeur.

 

Femme-mille-lierres

Prendre une poignée de mots, les laisser murmurer leurs secrets à nos oreilles et les voir vêtus de leurs propres oripeaux de magiciens aux sang-dalles d’art-gens …

Ainsi, quand la balade la plus « familière » devient « femme-mille-lierres », c’est que tout en nous respire l’enfant primitif !

C’est poussés par cet élan nourricier que nous sommes partis cheminer dans les entrailles d’une campagne naïve pour une courte errance …

Entends-tu battre les coeurs de nos arbres morts ?

Ils battent parfois comme un tambour d’Afrique …

Humain ou végétal, quel que soit le règne dont elles font partie, les âmes qui flottent inspirent la même force, exhalent le même parfum d’authenticité !

Plaisir intimement suprême et célestement délicieux, nous marchons pieds nus, chaque pas immergé, enveloppé dans les émotions de la terre …

Nous nous frayons des sentes improvisées, faisant redécouvrir à nos pieds la prudence naturelle …

Notre passage entre les maïs crée une symphonie de cymbales, effleurement léger, pulpe de papillons …

A chaque instant, la nature nous offre une corde pour laisser jouer l’archet de notre imaginaire, un vers pour boire à la poésie de l’instant …

Près de nous, un oiseau prenait son envol …

Combien il fut bon d’attraper au vol la chanson du vent qui parle d’instants simples et doux …

… avant de nous enrouler dans la douce étoupe du chemin de retour, un rien grotte de verdure aux lueurs préhistoriques …

Ce fut une balade des plus

« or-dîne-air » !

SAB-Lyse

le temps du tant …

 

 

L’important n’est pas le nombre de palais bâtis mais l’éclat de conscience par lequel chaque pierre  fut posée …   SAB-Lyse

 

A ma fille « Gwen » qui a trente ans aujourd’hui … 

 

 

  

Goûte d’eux pluie …

 

Une fois encore, elle s’est invitée, à la lueur de notre souffle, comme elle le fit sauvage-aimant en septembre, lors de notre errance landaise … 

La pluie !

Goûte-l’être de pluie, cool coule, art-rose, hymne-onde …

Qu’elle soit larme ou graine d’astre, qu’elle éclate en sangle-haut ou germe dans notre chair, rien ne vient rompre notre volonté de tisser notre chemin entre ses mailles, dès lors que l’appel de la fugue vient en nous résonner fou !

D’une telle art-d’heure, en connaîtrons-nous un jour le mystère ?

Au premier retentissement de bâton sur la chaussée, elle nous glace les doigts, tente d’éteindre notre flamme, mais rien ne parvient à affliger nos pas … Notre flânerie est comme inscrite déjà quelque part, sur une page-herbier de l’univers, en écorce de joie !

 

 

 

 

Souvent, la tristesse des hommes immerge les cils des arbres … 

Et je pense à ce courant d’aujourd’hui, partagé entre crainte et euphorie, essayant de lire sur la soie de l’horizon des réponses de nacre …

 

 

 

 

Au coeur d’une contrée où la terre s’épand comme un lierre invincible, tout est à perte de vue à s’en éprendre et s’y perdre, à s’or-raciner …

Nous marchons dans une sorte de désert énigmatique, au front trempé, au regard mélancolique, où la solitude, vagabonde inspirée, élève vers le ciel ses sublimes mains sculptées de boue …  

Combien, sous nos yeux, est émouvante et pathétique cette oeuvre dorée à l’art-fin !

Ces instants de rudesse, nécessaires giclées d’absinthe du pèlerin, ne trouvent leur substance que dans la force même de l’être et l’exubérance de sa foi. Instants qui lui font se blottir dans un délice foetal, retrouvant ses talents, ses instincts et ses origines propres …

 

 

 

 

Un étrange farfadet, croisé en chemin, me l’avait dit  « Tu n’entendras l’histoire des lieux qu’après avoir passé un pacte de complicité avec l’air … »

 

 

 

 

Il détenait ces secrets de vieux murs suintants de splendeurs passées …

 

 

 

 

La pluie, telle une araignée sur la toile du vent, continue d’en-mieller, dans la plus belle des spontanéités, rires vierges et murmures chatoyants …

 

 

 

 

La pluie dégringole sur les cous en écharpes de fête …

Mais, bien que vous ayez été sûrement très sages, toutes les images ne pourront faire le chemin jusqu’à ma musette ! Il pleut bien trop et je les confie donc à votre imaginaire…

La pluie pare les marais de lacs où se laissent glisser, parfois, des cygnes ailés-gants. Un peu plus loin, des ribambelles d’étourneaux jouent à la mare-aile entre les bois secs des tournesols … Près d’un domaine, de hauts chevaux blancs se dressent à fleur de nuages, leur couverture rouge amarante sur le dos. J’entends, entre deux parallèles, la voix éloquente des seigneurs, la valse tumultueuse des sabots et la brillance des épées fait naître d’éblouissants rayons de soleil …

 

 

 

 

En apercevant le chien endormi contre le tronc, je me mets à marcher sans bruit, sur la pointe des sens, mots en coeur, baisers en vers  …

 

 

 

Nous avions besoin de cette escapade pour nous sentir à nouveau libres, libres de voler et respirer au-delà des possibles …

Et c’est tout ce que je peux vous souhaiter de plus cher, cette liberté enivrante … Soyez-en grisés !

Soyez bulle de chant-pagne  …

Soyez bulle dans votre bulle en ces temps qui semblent s’opposer à tout pétillement !!!

 

Merveilleuse année 2021 à toutes et à tous ! 

 

SAB-Lyse

 

 

 

 

 

De vers en vert …

 

De vers en vert, dans mon bistrot à ciel ouvert, combien il me fut bon d’aller boire, à m’enivrer, l’air …

Tralalalal’air Tralalalal’air , fredonnait non sans plaisir la précieuse ère du TANT !

Je retrouvais mes vieilles complices de toujours, Liberté et Fantaisie, partageant avec elles nos instants d’éveil favoris, à la Prévert singulièrement étourdi, à l’art-à-gond sous huis d’or ébloui. Nous accostions des lieux et jardins inédits et, l’espace d’un jeu, peut-être interdit, ou allant le devenir, avions cette sublime impression de faire partie des nouveaux poètes maudits …

 

 

 

 

 

Nous croquions du regard des quartiers de paumes venus du verger des cieux, y voyant écrits des psaumes révolutionnaires à chanter aux vents audacieux…

 

 

 

 

Au grand bal des lueurs divines, aucun danseur n’est proscrit …

Nous y valsions, d’air-niches tourneuses, en voyageuses déjà aimées bien qu’inconnues …

 

 

 

 

La joie transporte au-delà de l’infini …

Des amoureux ont écrit à droite sur le mur …

 

 

 

 

Entre deux rires et deux frissons, nous avons vu naître un papillon

 

 

 

 

contemplé des algues de mère, un joli croissant de lune …

 

 

 

 

Un full-art bleu, sans doute laissé par un ange, nous caresse …

Vers une ronde incessante, nous rencontrons une effarouchée et un blessé aux grands yeux d’hespérie …

Serait-ce nos graffeurs épris ?

La différence rend l’âme féconde !

 

 

 

 

C’était il y a quelques jours, nous allions, comblées de nos retrouvailles, sur les sentiers de l’automne aux empreintes encore vibrantes de l’été …

Au fil des pas, nous nous demandions, d’ailleurs, si ces deux-là s’étaient réellement quittés …

 

 

 

 

Un rien de sucre roux, sur les lèvres des arbres, rappelle la saison …

J’entends, ma plume posée sur une  branche, des symphonies de baisers …

 

 

 

 

Un druide nous hèle, l’oeil perplexe, la fleur aux dents …

 

Que de rimes étranges,

autant que belles,

de sa cervelle,

émeuvent et dérangent …

Tu m’en offres un peu, dis,

grand sage ?

Demain,

si je ne sais plus ni écrire,

ni être,

et par le souffle des images,

transmettre, 

j’y plongerai toute entière

ma main !

 

 

 

 

Comme marchant sur les mêmes prestigieuses traces, la forêt m’envoie ce message …

« Contre toute force contraire, écrouante à souhait, demeurent toujours en toi, si tu le veux, tous les plus beaux vertiges lumineux : celui d’aimer, de respirer, de rêver et celui d’ETRE HEUREUX ! »

 

 

 

 

Vers la nuit noire qui s’annonce, n’y voir encore et encore que le fantôme du jour …

 

 

 

 

En ces temps de mise à l’ombre, où la lumière ne vit que pour jaillir, j’offre cette page.

 

A toi, qui que tu sois, relégué en apparence ou converti …

N’oublie jamais 

que tu es l’être-toile

dans le ciel des vénustés …

Plus que jamais,

conserve tes étoiles

et ton identité !

 

SAB-LYSE

 

 

 

 

 

Astre-hâle baiser …

 

Au coeur de ce grand bal masqué, puisses-tu t’exiler de ton personnage, y entendre ta vraie musique intérieure et danser sans bruit sous le tempo frétillant des étoiles visibles et invisibles de l’univers …

 

SAB-Lyse

(en mémoire du cor-aura …)

 

 

Mue-gaie …

 

 

Faute de muguet et de soleil, 

je vous ai trouvé

dans mes tiroirs secrets

une pochade de fleurs et de sève,

peinte à l’or fou du ciel …

 

Joyeux premier mai, Amis !

Et gentiment veuillez pardonner

mon retard à vous le souhaiter…

Avec le vent et la pluie 

je valsais !

 

Soyez heureux !

 

SAB-Lyse 

                                                                     

 

 

Il était une fois la lumière de demain …

 

Dis-moi, bel arbre, toi qui sembles porter dans le regard tous les états d’âme de la terre, avions-nous réellement besoin, pour éclairer nos consciences, de la venue de cet impitoyable redresseur de torts (« Cor-aura »), entourant nos vies de barbelés tranchants ?

 

Non, répondit l’arbre, ému ! Une simple sagesse au quotidien aurait pu mener sans drame ni violence sur les chemins du dévouement, de l’amour, de la contemplation, du respect de notre Terre et de l’élévation de ses Hommes …

 

Comment fabrique-t-on la sagesse, où trouve-t-on sa matière ?

En aurais-tu le secret, arbre-prophète ?

 

On ne la fabrique pas, conta l’arbre, elle s’éveille avec ton âme. Mais c’est un labeur de chaque jour !

Chaque jour, en toi elle se pense, se cherche, se gomme même parfois, se retrouve plus somptueuse encore, se savoure sans fin, se sublime et peut se partager, à travers toi, universellement …

Elle est un mélange de gratitude et de joie, d’écoute et d’aventure, d’harmonie et de simplicité …

Il ne te faudra pas aller très loin pour la chercher car elle est en toi, scintille en toi, ouvre les yeux ! Elle chante en douceur, prête-lui une oreille attentive …

Elle fait partie de tes essences, chéris-en ses fruits, laisse-leur le temps du vent et de la pluie, et ne les cueille pas trop tôt …

Prends un peu de ta résine pure, un peu d’huile de l’un et de couleurs passantes, un peu de tes certitudes envolées et de silences sous les étoiles, un peu de ta tête vidée et du coeur hospitalier de l’air …

Ainsi, tu t’inscriras dans l’univers, aux côtés d’autres artistes engagés, comme créateur de la grande toile peinte aux maints éblouissants de l’existence …

 

Alors, j’ai tout en moi pour devenir sage et cheminer vers la lumière  …   Bénis soient tes mots, Ami !

Je m’en vais, de ce pas, tout cultiver …

Je reviendrai te voir, promis, pour t’offrir en bouquet les senteurs de ce champ d’énergie et d’éternité …

 

 

 

L’arbre, confiant, sourit , se réchauffant un peu plus au soleil intérieur de la Terre …

 

SAB-Lyse

 

Je te dédie ces mots, mon ange, dont c’est l’anniversaire sur terre dans deux jours, afin que tu puisses continuer de là-haut à croire en nous et nous irradier du soleil ardent de ta Lumière :  maman

 

 

 

Hommage à un être-trésor gardé secret …

 

Sois toujours le bienvenu dans notre demeure qui fut tienne et, avant toi, celle de tes aïeux …

Toi notre ANSE-ETRE chéri,

fruit si tendre sous sa bogue,

sarment essentiel aux flambées de nos jours transis,

coeur silencieusement rayonnant sous son épais manteau de brume … …

 

Avant même de pouvoir les humer sur nos chemins, la paix, l’amour et la lumière avaient déjà imprégné nos murs à travers les senteurs simples du quotidien que tu aimais tant partager avec nous, par monts clairs comme par vaux ensevelis …

 

Pour tout ce que tu fus, es et seras encore …

merci !

 

A notre Jeannot, parti pour le pays des anges dans la nuit du 10 avril.

 

SAB-Lyse

 

 

 

Dense’heure …

 

 

 

Réjouis-toi de ton ombre pour être des danseurs étoiles de l’univers …

Sabine/SAB-Lyse

 

En ces temps qui invitent à puiser dans nos ressources intérieures, les gens chantent aux fenêtres, cousent des masques, les auteurs partagent leurs secrets de plume et je me joins à eux aujourd’hui …

Ami(e),

Contemple autour de toi tout ce qui s’émeut et se joue en silence, tu y découvriras de vrais petits chefs d’oeuvre d’instants, des ondes rieuses derrière le rideau où se cachent tes pleurs, des passerelles tendres , dans les yeux du mouvant des poussières d’or et d’art-gens, l’oiseau qui sait ta peine, voit ton désert et te chante des prières, la terre sous tes pieds qui vient flotter dans ton coeur …

Deviens ce voyageur immobile, toujours à l’affût, toujours à fleur, imprégné du vivant. Pour entrer dans la chatoyante immensité de l’émerveillement, il faut y aller à pas contés et lents …

Ouvre un journal rien que pour toi, au vent qui te berce envoie une lettre d’amour et au frère qui te sourit une lueur mémorablement confiante …

Comme on vénère un arbre chéri, entoure de tes bras ton âme, poses-y l’oreille tout contre, et peut-être, j’en suis sûre, entendras-tu des sources d’anges …

Ton amie.

 

Saoûl-verre

 

 

« Puise l’Oh de source,

celle qui t’abreuve chaque jour

du flot de tes enchantements … »       

(Ecrit le 25/02/2020  : SAB-Lyse)

 

Fantastiques gorgées à toutes et à tous, je vous aime !

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

A peine cette pensée fut-elle déposée sur le papier qu’une pluie diluvienne se mit à tomber …

Elle était très belle, divinement sauvage, emportée par le vent comme si tout devait être majestueusement purifié, lavé par la cascade des cieux !

De l’une de mes fenêtres, je respirais cette féerie d’un autre monde, contemplant au dehors une peuplade d’aigrettes, chacune suprêmement recueillie dans la force de l’instant et constellant le champ de mystérieuses statues d’albâtre …

 

 

 

 

Post-Scriptum

 

 

Drôle de poète photographe

sans bible ni bandoulière,

juste art-rimée au temps

par l'espiègle agrafe

de la magie de l'air ...

Cueilleuse de gouttes d'oh

hissée de bâts en haut,

je tisse images et mots sensibles

au doux lin de l'invisible ...

Coéquipière de l'instant,

je le pense, il me panse,

je le suis ...

Messagère du TANT

je suis !

 

 

 

papi sabine

Cil-anse ....il dort !

 

Emue par…

 

Le voyage...

celui qui démunit autant qu'il enrichit,

qui détourne la pluie en rires

et fait de notre coeur

le plus fervent des poètes

sans même composer de mots !

 

Sabine

ou SAB-Lyse.

 

A la mare-aile ….

 

Viens avec tes mots-fleurs

tes mots-coccinelles ...

 

Je t'invite

à la craie maille-air

de ma maison au TOI d'or

y vivre d'amour 

et d'OH  frais,

raison à l'envers

folie à l'endroit !

(Sabine)

Ecoute

coeur Sabine

 

A-t-on appris un jour à voir resplendir nos silences,

à être les peintres romanesques de nos ciels gris

ou à faire jaillir des rivières enchantées entre les pierres de nos coeurs en ruines ?

Non, bien sûr que non !

Cet art est en nous ...  (Sabine)

 

Mille et une fontaines pour demain !

materiel medical

A propos de mes créations

 

Chaque photo, écrit et citation (sauf là où figurera le nom de l'auteur) de cet espace sont "la sève de mon inspiration" ! Aucune de mes créations (surtout valable pour mes photos) ne porte ma signature car j'aime vivre en confiance. Si tu souhaites en emprunter, pourquoi pas ? Toute émotion est semence insolite du monde ! Fais-le moi juste savoir et pense à relier les fleurs et fruits de ton enthousiasme à un lien vers mon blog qui pourra ainsi continuer à s'élever en  "arbre de vie"  !   MERCI  :      Sabine.

 

Mon premier livre

  

  P1060170 (Copier)

 

Le tourbillon de mes pensées venues se poser comme feuilles au vent, sur 160 pages illustrées de mes photos couleur.   

 

Partage

communaute les passeurs de mots

caresses musicales

Mes livres d’images

 

Je commente le plus souvent chaque photo de mes diaporamas, afin de faire réellement vivre le voyage dans sa chair et l'authenticité de son histoire ...BON VOYAGE !  

 

Compostelle

vignettegaleriesabine1

 

Compostelle

vignettegaleriesabine2

 

Vagabondage

vignettegaleriesabine31c

 

Notre voyage solidaire

vignettegaleriesabine5

 

Rencontre avec les Vautours

vignettegaleriesabine6B

 

Le chemin de Stevenson

vignettegaleriesabine7

 

Compostelle : de Cluny au Puy

vignettepicasasabine6

 

Autour de Crazannes

vignettepicasasabine4

 

Compostelle alsacien

vignettepicasasabine7

 

Camino del norte

vignettepicasasabine9

 

Protégeons-la !