D’autres nuées de mots : EXPRESSION (suite)

PAYSAGE

°°°

    alors  que dans leurs entrailles

    des noyers méditent et frissonnent

    sur ma feuille glacée

    en récitant ce requiem

    que je viens d’achever :

    » … il pleuvait hier

une microlarme d’ennui tout simplement

        il tombe aujourd’hui

    de vraies boules nacrées

    sur nos cours de miracles

    et leurs baies oubliées,

    il pleut du vague à l’âme

    en jets d’eau grandioses

    de gerbes frénétiques

    dans nos prunelles de lys

    et nos rôles fugitifs,

   la beauté à ce jour

   vers l’hypnose et la mort

   s’écoule en stalactites,

 il neige demain sous les marquises

     répondez moi vite

          j’ai peur … »


°°°


d’archets en cheveux angora


j’entends ruisseler des archanges,

                       et l’écouteur symbolique


toujours plaqué sur mes rives

                       a fait de ma nostalgie

                       une oreille blottie contre un coquillage

                       Vers des langueurs de squares


et des places félines


où tout ronronne encore, 


où s’étirent nonchalants


les réverbères au teint laiteux,


du bitume


où tout ce qui palpite se tait,


j’attends et j’entends


un prélude aux aguets

                       de violons qui s’éveillent,

                       des notes encore suintantes


gravir un empire

                       de flots déchaînés,

                       des scherzandos éperdus

                       se cogner contre les vitres

                       des lanternes des boulevards

                       qui se meuvent en torrents jade.

                       Et de quintes en caprices

                       dans un organe de brume

                       se poursuit le temps

                       à l’amble des jeunes princes


jusqu’aux humeurs d’une foudre

                       aux décharges furioso

                       et de fouets cinglant

                       sur des crins qui écument.

                       Vers des préaux livides

                       et des bancs craquelés

                       où le génie se tenait perché


replié sous ses plumes


les rondes valsent et revalsent


des rafales endiablées.

                       Sur la voûte spontanée

                       de mes tendances littéraires

                       qui gisait à mes pieds,

                       dans un déclin que n’embrasait même plus

                       les gerçures des vigne – vierge

                       qui escaladaient mon cloître,


il reste dans mes idées

                       qui grelottent et se gèlent

                       leurs manteaux d’un rouge franc,

                       et pour la création


quelques vers métriques


cumulés de leur sang


quelques paroles tièdes

                       où pouvoir comprimer la douleur.

                       Il me reste leurs esquisses

                       sur le tombeau de marbre

                       de mon soleil livré au vertige

                       qui moisit dans la terre,

                       et ma tête qui claironnait

                       un tapage de chaînes

                       vers des allées qu’aurait hanté

                       la bise sur des squelettes

                       a retrouvé dans ses tiroirs

                       des vestiges par milliers,

                      c’est sur ces merveilles que ce soir

                      mon inspiration s’endort

                       sur des dépouilles d’or

                      et un duvet en ruines de pétales.

                      Au matin transparent qui se lève

                      ma mise en scène s’éprend

                      de sonates de fées

                      et s’attachent à leurs cils


papillonnants d’hépiales,

                      au grand matin pastel

                     frais comme de l’herbe

                     sur leurs lèvres mon langage

                     fait de mes majuscules

                     des colliers de groseilles

                     une grenade au sein de mon recueil

                     et tout ce qui le cernait

                     en longs voiles de givre

                     se change peu à peu pour elles

                     en mantilles de soie.

                     Dans les étangs lisses de mes voyelles

                     baigne un rien de naïf et de pubère

                     où les évènements ne se jouent

                     que sur la corde démentielle …


J’entends

                      et j’aimerais tant

                      que tes hublots à leur tour se desserrent

                      et que de tes tumultes intérieurs


l’infini ressuscite sans cesse

                      dans un chant de sirène,

                      que les élans du fictif

                      ne chavirent plus jamais,

                      et qu’au loin très loin

                      ils partent et repartent toujours

                      en voyage sentimental

                      au hasard d’autres mythes


d’autres sphères végétales

                      et d’autres halambras,

                      je voudrais que sur les hêtres

                      sans faines figés

                      en sévères statues d’albâtre

                      des au-delà de plexi glace,

                      des nimbes aurore


scintillent comme des diamants,

                      et qu’aux travers de tes grisailles

                      mes violons s’ébattent pour toi

                      dans leurs ciels fantasques


où j’entends filer


et refiler encore


des nîchées superbes


de fous de Bassan …………


°°°°°°°°°

                                               BARREAU

 Vieille pie désséchée

qui renifle son méthane


Machine au point mort

                      qui raffine sa crasse


Cyclone infernal

                      qui capte les poussières

                      sur horizons de gravier


Technicien des hautes tensions

                      Radar en infraction

                      qui viole les pulsions

                      qui détecte les haines


Physionomie au carré

                      de la racine du mal

                      en découpes de couteaux

                      en lames de croix


portrait type de l’impasse

                      où ne filtre que l’épée

                     Oeil de bête enfermée

                     qui irradie sur sa proie

                      les rayons ascendants

                     d’une tumeur infectée

                     Limace magnétique

                     aimantée sur le bonheur

                     qui implante sur des jours neufs

                     l’auréole au tungstène

                     d’un soleil stéréotypé

                     Architecte démoniaque

                     qui encadre la beauté

                     et qui la met en cage

                     Maquettiste spécialisé

                     en façade impersonnelle

                     des proportions de la souffrance

                     du délire et du silence

                     d’un absolu en cire

                     de décors d’épouvante

                     Sociologue symétrique

                     qui range les nuages en casier

                     dans un ciel charbon

                     un poumon haletant

                     Psychiatre halluciné

                     qui purge ses insomnies

                     dans la pseudo réalité

                     qui plonge dans les cerveaux

                     et crève le plafond

                     du châtiment et de l’effroi

                     Fossoyeur de la nuit

                     qui enterre les déprimes

                      et crève le plafond

                     du châtiment et de l’effroi

                     Fossoyeur de la nuit

                     qui enterre les déprimes

                     et réincarne l’idéal

                     dans le tissu de la pression

                     Chirurgien robot

                     qui greffe ses crimes

                     qui injecte son poison

                      en sérum falsifié

                     et bascule les corps

                     dans des chambres froides

                     Thérapeute chacal

                     qui se rassasie dans l’ombre

                     d’avortons au panier

                     du déchêt à perpétuité


…  justicier bien assis


sur ses préceptes obliques


qui vomis le devoir


jacasse dans les azurs


que tu bâtis en dur


en passages cloutés


+++++++++++++++++++

+++ LE CHAGRIN LE PLUS LONG DEDIE AU MARGINAL +++


Le monde est un hôpital surpeuplé


A chaque angle de rue


où il déverse le trop plein


s’aggrippe la lèpre,


l’espoir se dissout dans le vague


d’un regard en mal de ruisseaux,


il revendique son état de peau


dans des cris de guépard


étouffés dans le bruit


ou dans le carnage,


et ses mains cramponnées,


aux inflexibles barreaux de lit


se tendent avec fièvre


vers des azalées


et des argus bleus

 

                     Viens dans la jungle métisse

sous les oreillers de canne et de fougères

et les paupières closes

des passereaux assoupis

où les hyènes hurlent puis se terrent

                      Viens transfuser tes liens

de la grandeur du Nil

qui s’est élevée dans tes veines

aux prodigieuses artères

                       dans les vapeurs d’éther,

                       à l’écart des indigènes

en meutes de rats qui se soulèvent

et grouillent sous le chapiteau

                      Viens dans la transhumance

vers les saisons de la maturité

et entrer dans l’ordre des chimères

qui vivent au fin fond de l’eau …

La rue est un canal

où ondulent en somnambules

les savants du cauchemar

qui dérivent tout ce qui en eux

divague et les étrangle

et sabordent leurs transes

sous des slogans de sorciers,

la rue est une fumerie d’opium

la rue est comme ta cigarette

une impression de fugue

à chaque évasion qui se consume

une autre est rallumée

Apprends la par coeur

Dans la pagaille de plénitude qu’elle étale

tu trouveras des aphorodisiaques

des compresses pour tes plaies

des ventilateurs pour tes m3 surchauffés

une vie qui se dépêche de vivre

et des voyages hydromel

toujours plus faciles et féconds

en haltes de métro

Viens regagner vers son ciel

les nuées de frelons

et t’agglutiner sur le même pollen

vers les mêmes clairières chauves

en vastes culs de sac

où le mot frère

s’inscrit en CAPITAL

à en être l’esclave et le forçat

Contre l’ennui et sur ta répugnance

elle te donnera toutes les armes

ses enfants ont leur propre char de combat,

dans leurs boutiques qui exposent

de l’aggression en miniature

ils se souviennent extasiés

d’héroïques commandos

Viens flâner la nuit

dans les halls de la dérision feutrée

où derrière ses grilles racornies

la fortune qui rutile s’abrite

des instincts réanimés

Vas au devant du plaisir des délices

et connaître de l’existence

la silhouette et les contours,

qui débordent de tes trottoirs

et sont de tes affiches

les paons éblouissants,

qui portent en guise de menottes

une simple paire de fesses

et toute la torpeur graphique

qu’ont ces royales nature-mortes,

et écoutes des anciennes rimes

qui en sortaient tout droit

ces messages qu’on racole

dans les rengaines vendues à prix d’or

pour les aspirations carnassières

d’un marché fulgurant

                     Viens où tout est à naître

                     aliéner ta mémoire

viens dans ce palais cristallin

embuer tes remords,

depuis que la honte s’est jetée

du plus haut d’un building

plus rien ne commémore ne rend hommage

qu’une planète tombée en léthargie

ronflant comme un lézard

à des monts et des collines mauves

affaissées sur l’asphalte

Si Ecolo reste le mot de passe

il protège des enclos sacrés

et les p’tits bouts de verdure

de leurs songes illusoires,

il préserve de la souillure

des rivières d’émeraudes

immunisées déjà de ta rage

de ta bave de chien


Viens 


toi l’edelweiss qui fleurit


au milieu des décombres


et qui erre en nomade


en déserteur


la raison dans les nuages


sur les pourtours huileux


d’un avenir à son apogée .


Viens toi qui en es


le ridicule et la terreur


là où


dans ton être sans air


ton coeur deviendra boxeur


°°°°°°°°°°°°°°


EXPRESSION


A travers l’humain


qui surgit des villes


j’ai senti toute la violence


toute la misère


dans ta tristesse cachée.


Arrache toi de la somnolence


surplombe les ravins encaissés,


parle le ballet de la faune


de cet enfant singe qui danse


au delà des labyrinthes piétonniers.

Entre des calques de gratte-ciel

et des mirages L.S.D sur la houle

            un corps en plein vol

             de goéland ivre

rase les carrefours de l’agonie

un enfant blanc zigzague plane

sur ton asile entre ses rochers

             un corps fond et danse

dans un déferlement de nymphées sublimes

entre des vases sculptées de marguerites

Des affres qui se lèvent

de tes ruelles sombres

de tes quartiers de malheur

             un oiseau païen

danse les flûtes monocordes

des croyances qui fredonnent

sur les vallées du Bengale,

sur la chorégraphie avancée

des figures de ta solitude

où montent des syncopes

en choeurs lacrymogènes

et des sanglots de vautour

un corps survole ses bidonvilles

              à gorge déployée

Entre les carreaux gris

de printemps calcinés

sur ta mélancolie ébène

au visage cuivré

            un corps infante

des clartés de jonquilles

et des puits frétillants,

par dessus tes bas-fonds

s’étendent des arcs-en-ciel

             d’un corps écartelé

et sur fond de quiétude de Segall

se détachent des alléluias

de mélodies de montagnes

aux hanches saphir bleuet

Un enfant épouvantail

recueilli dans ton ventre

se dénoue en boucles d’hélianthe

de la sève de ta volupté

en invoquant l’éclosion féérique

d’un espace émaillé

qui clignote de mésanges

et d’une terre saveur de mangue

où s’agitent des carnavals

et des poupées de chiffon.

               Un enfant dieu

sème tes parvis de myrte

et de rires toujours verts

et propulse sur tes capitales

des chiffres papillotes

              un enfant gitane

décolle en feux follets

              un enfant barbacane

fait couler des cascades étoilées

dans ta délivrance blindée

Sur tes coteaux sur tes forêts

             un enfant singe tournoie

             au creux de ta cité

sur les métaphores qui défilent dans ton sommeil

qui n’ont plus le langage de sa grâce animale

et parcourent des pavillons en couloirs interminables

jonchés de béquilles

et de camisoles


Ouvre toi et vis


ses matins polychromes


dans ton fog


Invente toi


des je t’aime en copal


sur le coma des mots


éparpillés dans les rigoles

                dans ce qui est

ta race ton écorce ton eau vive ton fusain

             l’unique vision pure

          qui fuit de ton plumier


………………………………

               




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post-Scriptum

 

 

 Je marche et j'écris pour "Aimer"...Chacun de mes pas, chacun de mes mots me faisant tout à la fois renaître et ouvrir les bras ! La photo est aussi ma plus fidèle compagne...Elle est ma balise sur les sentes de l'émotion et du temps, le repaire occulte de ma poésie.

 

 

 

papi sabine

Cil-anse ....il dort !

 

Emue par…

 

Le voyage...

celui qui démunit autant qu'il enrichit,

qui détourne la pluie en rires

et fait de notre coeur

le plus fervent des poètes

sans même composer de mots !

 

Sabine

ou SAB-Lyse.

 

A la mare-aile ….

 

Viens avec tes mots-fleurs

tes mots-coccinelles ...

 

Je t'invite

à la craie maille-air

de ma maison au TOI d'or

y vivre d'amour 

et d'OH  frais,

raison à l'envers

folie à l'endroit !

(Sabine)

Pour me suivre pas à pas

Ecoute

coeur Sabine

 

A-t-on appris à nos silences à devenir magiciens,

à faire crépiter des flammes dans l'antre de nos ciels gris

ou faire couler,  entre les pierres de nos coeurs en ruines, des rivières enchantées ?

Non, bien sûr que non !

Cette magie est en nous ...  (Sabine)

 

Mille et une fontaines pour demain !

Soutenez

A propos de mes créations

 

Chaque photo, écrit et citation (sauf là où figurera le nom de l'auteur) de cet espace sont "la sève de mon inspiration" ! Aucune de mes créations (surtout valable pour mes photos) ne porte ma signature car j'aime vivre en confiance. Si vous souhaitez en emprunter, pourquoi pas ? L'émotion est à tout le monde ! Faites-le moi juste savoir et pensez toujours à relier votre désir assouvi à un lien vers mon blog ...MERCI !       Sabine.

 

Mon premier livre

  

  P1060170 (Copier)

 

Le tourbillon de mes pensées venues se poser comme feuilles au vent, sur 160 pages illustrées de mes photos couleur.   

 

Partage

communaute les passeurs de mots

caresses musicales

Mes livres d’images

 

Je commente le plus souvent chaque photo de mes diaporamas, afin de faire réellement vivre le voyage dans sa chair et l'authenticité de son histoire ...BON VOYAGE !  

 

Compostelle

vignettegaleriesabine1

 

Compostelle

vignettegaleriesabine2

 

Vagabondage

vignettegaleriesabine31c

 

Notre voyage solidaire

vignettegaleriesabine5

 

Rencontre avec les Vautours

vignettegaleriesabine6B

 

Le chemin de Stevenson

vignettegaleriesabine7

 

Compostelle : de Cluny au Puy

vignettepicasasabine6

 

Autour de Crazannes

vignettepicasasabine4

 

Compostelle alsacien

vignettepicasasabine7

 

Camino del norte

vignettepicasasabine9

 

Protégeons-la !